vendredi 28 octobre 2016

Deux enfants électrisés triathlon : "C'est l'horreur tous les jours"

Ce 15 août 2012, un père et son enfant de neuf ans sont à Embrun pour profiter du triathlon, une épreuve sportive de renom du département. Le fils et le père se trouvent sur l’avenue du Lac, à l’arrivée des triathlètes.
Plusieurs barrières ont été installées pour délimiter le parcours et sécuriser les lieux.. Ce jour-là, le garçonnet de neuf ans tente alors de passer au-dessus d’une barrière métallique accolée à un candélabre. Il reste alors scotché à la barrière, électrisé. L’électricité est entrée par sa main, brûlée au troisième degré, et sortie par son genou. Trente-six minutes plus tard, un autre enfant est lui aussi électrisé. Il ne souffre aujourd’hui d’aucune séquelle. Ce qui n’est pas le cas du premier. Évacué, l’enfant est transporté au centre hospitalier de Gap, puis à Marseille, puis à Lyon, au service des grands brûlés. Il reste sept mois et demi loin de sa famille
Ce jeudi, au tribunal de Gap, il est question de savoir à qui incombe la responsabilité de cet accident.
Sur le banc des prévenus, la commune d’Embrun est représentée par son maire Chantal Eyméoud. « La commune reconnaît sa responsabilité dans cette histoire. On reconnaît l’erreur humaine, les défauts de vérification », explique l’édile. Le substitut du procureur regrette que « seule la commune assume ses responsabilités ». Il requiert six mois de prison avec sursis assortis de 1 500 € d’amende dont 1 000€ avec sursis pour les deux électriciens, à 12 mois de prison de sursis assortis d’une amende de 1 500 € dont 500 € avec sursis. Enfin, il requiert 30 000 euros d’amende dont 15 000 avec sursis à l’encontre de la commune.
« C’est l’horreur tous les jours », lâche le père de famille à la barre. « Il cache sa main car il a honte de la montrer », poursuit-il. Le conseil de la famille estime à 100 000 € le coût des soins du garçon. Il demande 12 000 € à chaque prévenu de préjudice matériel. Enfin, les avocats de la défense demandent la relaxe pour les deux électriciens.
Le tribunal rendra son jugement le 8 décembre à 14 heures.

http://www.ledauphine.com/hautes-alpes