samedi 30 novembre 2013

La mère s'était rendue à Berck pour "mettre fin aux jours de son enfant"

Son acte était prémédité. La mère de la fillette retrouvée morte il y a dix jours sur la plage de Berck-sur-Mer a expliqué aux enquêteurs de la police judiciaire de Lille et au juge d'instruction qu'elle s'était rendue dans cette station balnéaire du Pas-de-Calais avec "l'intention de mettre fin aux jours de son enfant". Selon un communiqué du parquet de Boulogne-sur-Mer publié samedi après-midi, la petite fille s'appelait Adélaïde et était âgée de 15 mois. 
Sa mère "l'a déposée vivante sur la plage alors que la marée montait", précise encore le parquet. Comme vous le révélait MYTF1News, samedi matin, cette femme de 36 ans, arrêtée vendredi soir à Saint-Mandé, en banlieue parisienne, est passé aux aveux lors de sa garde à vue. Déférée peu après 14 heures au parquet de Boulogne, elle a été mis en examen pour assassinat et son placement en détention provisoire a été requis. Elle risque la perpétuité.


Son enfant pas compatible avec sa vie de couple
Lors de son audition, elle aurait expliqué avoir eu du mal à gérer cette enfant avec sa vie de couple. "Elle ne s'était jamais rendue dans cette ville, dont seul le nom a retenu son attention", précise encore le parquet. Après avoir laissé sa fille, elle est rentrée à son domicile, qu'elle n'a plus quitté, hermétique au moindre appel à témoins. La jeune femme, Fabienne Kabou, 36 ans, est d'origine sénégalaise et de nationalité française, selon le parquet.


Sans travail, sans ressources, étudiante en philosophie, elle vit à Saint-Mandé avec un homme de 63 ans à qui elle a expliqué à son retour avoir remis sa fille à sa mère pour qu'elle soit prise en charge au Sénégal. "Lui aussi affirme qu'il n'a eu aucun écho de la disparition de l'enfant", dit le parquet. Le compagnon serait le père de l'enfant, a précisé à l'AFP le parquet qui dit toutefois ne pas en avoir la preuve.

Les enquêteurs ont identifié la suspecte grâce à des témoignages obtenus  après diffusion de communiqués et aux recoupements faits à partir des fichiers  de police : la jeune femme était inscrite au Fichier national des étrangers.

Marche blanche à Berck
Au moment même où cette femme comparaissait devant le juge, une marche blanche était organisée à Berck-sur-Mer en hommage à la fillette par un collectif d'anonymes qui s'est formé sur les réseaux sociaux
 

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire