vendredi 27 décembre 2013

Perpignan : un père menace de s'immoler pour "protéger" son enfant

En plein désarroi, l'homme s'est finalement laissé convaincre par les négociateurs de mettre un terme à son action hier aux alentours de midi à St-Charles.
Le message d'alerte est tombé hier vers 9 h 30. Un homme s'était retranché dans son poids-lourd stationné sur un parking proche du marché de gros sur la zone Saint-Charles à Perpignan. Désespéré, il menaçait de s'immoler par le feu, caché derrière les rideaux tirés de la cabine du camion qui ne laissaient apparaître sur le tableau de bord qu'un gros jerrican rempli d'une vingtaine de litres d'essence. Aussitôt, une dizaine de sapeurs-pompiers ont été appelés à intervenir sur les lieux ainsi qu'une quinzaine de policiers de la sûreté départementale et du service de sécurité de proximité, sous les ordres du responsable de la sûreté Fabrice Kozdeba et du directeur départemental adjoint Xavier Laffitte.

Les forces de l'ordre ont verrouillé aussitôt le secteur et mis en place un périmètre de sécurité au moment où le procureur de la République adjoint, M. Bruno Albouy, arrivait sur place en urgence. Celui-ci a rapidement établi le contact avec l'intéressé par la fenêtre conducteur tandis qu'un officier de la brigade des mineurs, parvenait à monter à bord du camion et à s'installer sur le siège passager de l'autre côté. De là, s'engageaient plus de deux longues heures de négociations. L'homme livrait alors tout son désarroi et toute sa tristesse. Selon les premiers éléments, il serait chauffeur routier et en instance de divorce, son épouse ayant la garde de leur fils de 8 ans, lui un droit de visite et d'hébergement.
Suspicion de maltraitance
Or, hier matin, il aurait refusé de ramener son enfant à sa mère, car le petit lui aurait dénoncé voilà quelque temps des faits de maltraitance dont il serait la victime de la part de sa mère et du nouveau compagnon de celle-ci. Des plaintes ont en effet été enregistrées au mois de novembre et l'enquête débutait. Mais le père, à bout, aurait décidé de faire accélérer les choses et de pousser un cri d'alarme hier pour attirer l'attention sur la nécessité de prendre en compte la parole de son fils et de le 'protéger'.
Avant de mettre ses menaces à exécution et d'aller se poster sur le parking, il aurait laissé son enfant dans un entrepôt tout proche. Le petit garçon a été recueilli par les personnels de l'entreprise puis remis aux services de police. Au bout d'une heure, la situation paraissait toujours bloquée et partait vraisemblablement pour durer une partie de la journée. Auquel cas, il avait même été envisagé par la préfecture de faire intervenir une unité d'élite.
Mais, fort heureusement, la discussion a finalement permis de tout dénouer. Vers midi, un policier a saisi le bidon d'essence et l'a emporté pour écarter le danger. Quelques minutes plus tard, le magistrat du parquet et le policier de la brigade des mineurs réussissaient à convaincre l'homme de mettre fin à son action. Il a été conduit jusqu'au commissariat afin d'être entendu sur ses menaces (même si elles ne sont pas délictuelles et qu'il n'a blessé personne) et surtout sur les accusations qu'il porte concernant son fils. Il a été relâché tandis que la procédure se poursuit.

http://www.lindependant.fr/2013/12/27/il-menace-de-s-immoler-pour-proteger-son-enfant,1828944.php

Aucun commentaire:

Publier un commentaire